romance_vignetteDeuxième journée d’étude :
« La période romantique »

Organisée par Christine Planté.

  

Jeudi 19 septembre 2013 (9h30-18h).

Institut des Sciences de l’Homme, Lyon, 14, avenue Berthelot 69007

  

Présentation :

Le projet a été suscité par la lecture et l’édition de Marceline Desbordes-Valmore qui fut actrice et chanteuse avant d’être poète.
Ses romances ont circulé avec succès à la fin de l’Empire et sous la Restauration.
Formellement, il s’agit en général de pièces courtes, souvent inférieures à 20 vers, divisées en strophes, utilisant un refrain, ou une reprise en clausule de strophe, ou encore des strophes à rentrement, recourant abondamment aux vers courts, à l’hétérométrie, aux rimes banales jour/amour, jours/toujours, moi/toi, avenir/souvenir… Fréquemment mais non exclusivement sentimentale, la romance repose en général sur une narration au moins esquissée.

Cette forme a joué un rôle très important dans la formation de Desbordes-Valmore et constitue une des matrices de sa singularité poétique, en particulier sur les plans rythmique et énonciatif, comme dans l’invention d’une écriture de la voix.

Au-delà, la romance retient l’attention comme un phénomène culturel par la vogue qu’elle a connue, et comme un genre (à la fois poétique et musical) perçu comme féminin. Elle participe du renouvellement de la poésie lyrique, jouant comme un facteur de libération métrique, et subvertit les classements entre poésie et musique, art savant et art populaire.

Public concerné : chercheurs, étudiants

Type d'évenement : journee_etude