Les doctorants du Centre d’Epistémologie des Sciences Cognitives (CESC) de Lyon ont le plaisir de vous inviter à la prochaine séance de leur séminaire doctoral : 

Le vendredi 21 mars

14h-17h

École Normale Supérieure de Lyon – Parvis René Descartes – Salle F 05


Au programme :

Thomas Robert, Université de Genève / Università della Calabria
Darwin et le langage. La sémiologie comme science historique

La relation entre la théorie darwinienne et les sciences du langage est paradoxale. D’une part le slogan de L’origine des espèces, « descendance avec modification au moyen de la sélection naturelle », est employé par ce que l’on peut considérer comme une orientation globalement darwiniste de la linguistique contemporaine. D’autre part, la théorie darwinienne du langage est, en elle-même, relativement peu exploitée, que ce soit autour des réflexions théoriques ou, plus étonnamment, historiques sur la linguistique. D’apparents égarements méthodologiques fondateurs de l’éthologie et de la linguistique darwiniennes (recours aux anecdotes, anthropomorphisme, l’hérédité des caractères acquis) semblent expliquer le repli sur le slogan darwiniste. Or, ce sont précisément les caractéristiques décriées de l’éthologie et de la linguistique darwiniennes qui permettent d’opérer un lien entre la théorie du naturaliste anglais et deux traditions alternatives à une approche néo-darwiniste du comportement et du langage, à savoir l’éthologie biconstructiviste et la linguistique saussurienne.


Raphael Fargier, Institut des sciences cognitives, L2C2
L’émergence du sens des mots dans le cerveau. Le cas de nouveaux mots d’action et de mots de vision.

De récentes observations suggèrent que les concepts sont représentés dans les régions à modalité spécifique du cerveau. Certaines approches questionnent néanmoins le degré de correspondance des représentations conceptuelles sur les systèmes sensori-moteurs. Dans cette présentation, je me concentrerai sur le rôle des régions sensori-motrices dans le développement des représentations sémantiques de nouveaux mots. Je présenterai les résultats obtenus lors d’études en apprentissage et montrant que i) les représentations modales spécifiques se développent très rapidement avec l’apprentissage, ii) des représentations moins spécifiques apparaissent conjointement et semblent être le reflet de l’activité de zones de convergence et enfin iii) les items lexicaux semblent fournir un substrat préférentiel pour associer les attributs sensori-moteurs des référents. Les implications de ces résultats pour les théories de la représentation du sens des mots dans le cerveau seront discutées.


            Le séminaire doctoral sera précédé le matin (10h30-12h30) en salle F01 du séminaire de recherche du CESC, qui démarre un cycle sur la neuroéthique et qui aura comme invité M. Jean-Claude Dreher (Centre de neuroscience cognitive. Institut des sciences cognitives, CNRS).

Venez nombreux !

Organisé avec le soutien du programme ARC 5 de la région Rhônes-Alpes.


Contacts :

Maxence Gaillard/ maxe.gaillard@gmail.com

Pierre Saint-Germier/ pierre.saint-germier@ens-lyon.fr

Mélanie Trouessin/ melanie.trouessin@ens-lyon.fr


Public concerné : chercheurs, étudiants

Type d'évenement : seminaire