Une métier :

Sémioticien

Chercheur en Sciences humaines et sociales, au carrefour de la linguistique, de la sociologie, ou encore de la psychologie, le sémioticien étudie les signes sous toutes leurs formes (linguistiques, picturaux, architecturaux, vestimentaires, gestuels, olfactifs, musicaux, filmiques, etc.), ainsi que la signification (processus de la production de sens).


panneaux_route

« Quand le sémioticien va dans le bon sens, c’est bon signe »

 


Que cherche-t-il ?

Il cherche à comprendre pourquoi et comment l’esprit humain, les groupes d’individus ou encore les sociétés en arrivent à produire, faire circuler, interpréter des signes.

Son travail permet par exemple :
• de produire des sigles facilement identifiables et compréhensibles pour chacun (logos, panneaux de signalisation etc.).
• d’améliorer l’ergonomie des outils numériques (sites web, écrans tactiles, etc.) en créant des interfaces intuitives.
• d’analyser les facteurs de réussite ou d’échec lors de campagnes de communication (pour les institutions publiques ou les entreprises).
• de concevoir des projets mêlant arts et réflexions sociales (les projets arts-science par exemple).
• de comprendre et donc d’améliorer les relations sociales et/ou interculturelles

  

Comment travaille-t-il ?

Il utilise une théorie générale qui permet de décrire tout système de signes à l’aide de mêmes notions et concepts, ainsi que des théories sémiotiques spécifiques (du texte, de l’image, du multimédia, etc.), qui permettent de tenir compte des particularités de chaque système de signes.

Il utilise des méthodes diverses :
• l’observation ethnographique pour observer des comportements individuels ou sociaux
• des techniques d’analyse de texte, d’image, ou de son pour décortiquer des documents, comprendre leur structuration
• des techniques d’analyse statistique, par exemple pour évaluer la redondance de signes dans un document

  

Avec qui ?

Le sémioticien travaille la plupart du temps dans une équipe d’enseignant- chercheurs, au sein d’un laboratoire ou dans des collectifs de recherche.
Il peut nouer des relations privilégiées et apporter une expertise dans des domaines professionnels très variés (monde de l’art, de l’entreprise, de la politique, de l’innovation technique etc.), Il communique sur ses travaux dans des conférences et publie ses résultats dans des ouvrages ou des revues scientifiques.