Approche numérique des revues françaises de géographie :
pour une relecture épistémologique des savoirs géographiques


Informations administratives

Titre de la thèse : Approche numérique des revues françaises de géographie : pour une relecture épistémologique des savoirs géographiques

Directeur de la thèse : Isabelle Lefort

Co-directeur de la thèse : Sabine Loudcher- laboratoire ERIC, EA 3083

Ecole doctorale : ED 483 Sciences sociales

Laboratoire : EVS-UMR5600

Etablissement d’inscription : Lyon 2


Durée de l’allocation doctorale de recherche

septembre 2016 – août 2019


Définition et objet de la thèse

Ce projet doctoral vise, dans le cadre des Humanités Numériques, à une relecture des problématiques épistémologiques de la géographie en mobilisant les corpus des revues de géographies numérisés et accessibles sur Persée (12 revues 1892-2000). Le rôle tenu par les périodiques, dans ses effets structurants d’un champ disciplinaire, en constitue la cible privilégiée. En effet, les revues sont inter-reliées et dialoguent entre elles, sur des bases de spécialisations (régionale ou thématique), de hiérarchisations (ancienneté, place dans le champ des débats), d’innovations et de résistances scientifiques. Il s’agit par l’analyse textométrique des contenus sur différents pas de temps de mettre en avant, pour la première fois, cette structuration dynamique. L’intérêt de l’approche quantitative est de renouveler l’approche épistémologique de la discipline, qui s’est jusqu’ici concentrée sur des analyses qualitatives des grands textes de références et les outils de fouilles de données ont été très peu explorés dans cette perspective. Ils permettent pourtant de traiter simultanément plusieurs milliers d’articles et construisent de nouvelles perspective d’analyses et de lectures : tabulaires, réticulaires et graphiques. La mise en relation des textes à grande échelle met à jour des récurrences, des proximités, des interrelations qui sont jusque là passées inaperçues. En partant toujours du texte même et non d’idées a priori, ces outils permettent de faire émerger dialectiquement de nouvelles interrogations. Il faut souligner que les logiciels textométriques permettent d’articuler les analyses globales avec les analyses locales grâce à des retours possibles au cœur même des textes. Enfin, l’aspect quantitatif sera complété par des entretiens avec les acteurs de ces périodiques. Il nous semble particulièrement intéressant de soumettre à la discussion les résultats obtenus (voir annexe 1) pour mieux comprendre la construction scientifique, académique et institutionnelle de la géographie française du XXème siècle.

Ce projet doctoral s’inscrit dans la poursuite de collaborations avec le laboratoire ERIC, l’ISH et Persée. Un important travail de réflexion et d’unification des codages utilisés devra être réalisé en amont par le doctorant. Pour l’analyse commune des données, l’objectif est d’arriver à combiner l’analyse diachronique et synchronique afin de rendre possible une visualisation inédite de la structuration dynamique du champ disciplinaire. Il s’agit là d’un apport réellement innovant dans la connaissance et la compréhension du rôle des revues et de leurs interrelations dans la formation d’un champ disciplinaire. Concernant les fouilles de données automatiques et l’extraction de connaissances, le principe retenu est de commencer par le repérage des entités nommés (lieux, personnes, institutions), méthodologies déjà bien maîtrisées. L’objectif est d’obtenir ultérieurement des cartographies et graphes de relation de ces entités nommés. Dans un deuxième temps, on testera les analyses relationnelles de concepts (RCA) qui constitue un champ d’investigation d’autant plus novateur que la géographie utilise largement la langue naturelle et peu de technolectes spécifiques. Enfin, l’objectif est d’identifier, en fonction des concepts présents, les emprunts disciplinaires qu’ont effectués les géographes aux autres sciences sociales mais aussi aux sciences de la terre et aux sciences de l’ingénieur. Ce projet de thèse bénéficiera d’une co-direction, articulant géographie et sciences des données.  


Profil du/de la candidat(e)

Les profils souhaités seront ceux de candidat-e-s ayant un cursus de géographe complété de compétences en statistiques. Une culture/un cursus en mathématique ou en informatique doit pouvoir venir compléter cette dominante géographique. Le principe de la co-direction tel qu’il a été élaboré doit permettre de diriger de façon symétrique et complémentaire les deux dimensions du projet doctoral


Contact

isabelle.lefort@univ-lyon2.fr


Déposer sa candidature

Pour faire acte de candidature, contacter le directeur de l’ED 483, Christian Montès, christian.montes@univ-lyon2.fr

Le calendrier et le dossier de candidature sont à télécharger sur le site de l’Ecole doctorale:

http://ed483.univ-lyon2.fr/fr/financement/