Arts et technologies de l’attention dans les machines à spectacles


Informations administratives

Co-directeurs de la thèse : Yves Citton et Jean-Philippe Lachaux.

Établissement gestionnaire : Université Grenoble Alpes – Grenoble 3

Laboratoire :  LITT&ARTS


Durée de l’allocation doctorale de recherche

octobre 2016 – septembre 2019


Descriptif du projet de thèse

Depuis de nombreux siècles, les diverses « machines » développées par les pratiques artistiques offrent à nos attentions des expériences uniques et transformatrices. À l’heure où l’attention humaine fait l’objet de compétitions économiques et de luttes politiques inédites, que pouvons-nous apprendre de l’archéologie et des développements les plus récents de telles machines ? Le but de cette thèse sera de repérer quelques-unes des expérimentations artistiques et des réflexions esthétiques qui nourrissent ces arts et technologies de l’attention, de les ré-évaluer dans une perspective de long terme, et d’en tirer des enseignements socio-anthropologiques nous aidant à comprendre les enjeux et les mécanismes de nos fonctionnements attentionnels. La thèse s’efforcera donc de conjuguer 1° une enquête historique sur les formes et théories de l’attention héritées du passé, 2° un travail de veille sur les innovations plus récentes aux confins des nouvelles technologies et des nouvelles scénographies, et 3° un effort de réflexion sur les implications des évolutions actuelles revisitées dans une perspective d’« archéologie de l’attention ».

Cette thèse s’inscrira dans un partenariat triangulaire entre 1° l’umr LITT&ARTS de l’Université Grenoble-Alpes, qui développe des recherches et enseignements sur les arts de l’attention, 2° le laboratoire DYCOG (Dynamique Cérébrale et Cognition) de l’INSERM à Bron, qui étudie les mécanismes neurobiologiques de l’attention, et 3° L’HEXAGONE Scène Nationale Arts Sciences de Meylan, qui constitue un lieu de renommée européenne d’expérimentation scénique des nouvelles technologies.

Les dossiers de candidature seront d’autant mieux accueillis qu’ils parviendront à conjuguer plusieurs des champs d’études suivants : les études sur les dynamiques attentionnelles, en particulier dans le domaine esthétique, les études d’archéologie des media, qui resituent les développements techniques du numérique dans la perspective de long terme des « nouveaux media du passé » , les études des arts de la scène et de la performance, les études anthropologiques sur les interactions attentionnelles entre appareils techniques et modes de vie commune, en particulier celles concernant la spécificité des appareillages numériques. C’est au croisement entre (certains de) ces éclairages que la thèse tentera de problématiser les enjeux de la façon dont, au fil des siècles, les appareils à spectacles imaginés par les humains ont conditionné leurs attentions individuelles, conjointes et collectives – donnant lieu à de véritables « arts de l’attention ».


Profil du/de la candidat(e)

Peuvent candidater, les étudiants qui ont un Master recherche français dont la moyenne des quatre semestres est supérieure à 12/20, conformément au règlement de l’école doctorale. Les candidatures ne répondant pas à ce critère sont irrecevables.

Les doctorants qui ne sont pas titulaires d’un master recherche français doivent obligatoirement déposer une demande de dispense de master recherche auprès de l’école doctorale avant le 10 mai 2016.


Candidature

– date limite de dépôt : vendredi 3 juin 2016 ;

– le dossier devra comprendre sous format pdf : 1) une lettre de motivation ; 2) une brève description de la thèse envisagée ; 3) un CV ; 4) un relevé des notes de master ou équivalent ;

– le dossier est à envoyer sous version électronique uniquement, en un seul fichier zippé, format PDF. à yves.citton@u-grenoble3.fr, à ecole.doctorale@u-grenoble3.fr, copie à Mme Miras, marie.miras-lopez@univ-grenoble-alpes.fr ;

– une audition aura lieu à Grenoble à la fin juin pour les dossiers de candidature reconnus ;

– annonce des résultats : lundi 4 juillet.

Attention : le financement de cette allocation par la région Rhône-Alpes n’est malheureusement pas encore garanti. Il est mis au concours sous réserve de vote par la Région Auvergne – Rhône-Alpes.


 

Télécharger l’appel à candidature

450634517bis